Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Le Start-up Day prend ses quartiers à l’EPFL
 
Le 09-10-2018
de WebNews Industry® - News des expositions

Emploi. Aujourd’hui, deuxième journée du salon de recrutement Forum EPFL, ce sont les start-up qui sont mises à l’honneur. En nouveauté cette édition: un Student Corner.

Une par mois: c’est le rythme moyen de création de start-up lancées par les étudiants de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Au total, cela équivaut à 245 entreprises fondées entre 2000 et 2017 par les entrepreneurs en herbe de l’établissement. Pour la première fois, les spin-off les plus récentes de la haute école sont mises à l’honneur lors du Start-up Day, aujourd’hui, au rassemblement Forum EPFL. Le plus grand salon de recrutement de Suisse comprend en effet un Student Corner rassemblant les projets des jeunes qui poursuivent leur cursus en parallèle. «C’est la 36e édition du Forum EPFL, la 10e du Start-up Day et la 1ère du Student Corner», commente Karthigan Sinnathamby, président de l’association Forum EPFL à base de la grande foire d’embauche estudiantine. «De plus en plus de start-up se créent sur le campus et elles ont, cette année, un lieu qui leur est consacré. Pour les porteurs de projet, la participation au salon est gratuite. Ils peuvent exposer leur idée et ainsi faire des émules auprès des autres universitaires», explique-t-il.

L’objectif du Student Corner est de montrer aux jeunes qu’il est possible de se lancer dans leur propre aventure – tout en poursuivant leurs études. «La création d’une société n’est pas réservée aux post-diplômés», affirme le président. Le Student Corner rassemble une dizaine de très jeunes pousses. L’une d’elles, Caulys, est menée par Grégoire Gentile et vise à favoriser l’agriculture citadine. «Face à une population urbaine grandissante, Caulys a pour objectif d’intégrer l’agriculture en ville, directement chez soi. Nous avons développé un prototype afin de transformer la production des fruits et légumes que nous consommons quotidiennement», explique son fondateur. Un autre exemple de start-up étudiante: Infinight, un guide pour trouver les meilleures soirées, bars et clubs. «Nous espérons que le Forum EPFL nous permettra de rencontrer de nouveaux talents tels que des développeurs et des graphistes, prêts à révolutionner le monde de la nuit à nos côtés», déclare le responsable, Valentin Gönczy.

Le goût de l’innovation

Outre les initiatives étudiantes, ce ne seront pas moins de 77 nouvelles entreprises qui participent à ce Start-up Day. «Elles viennent majoritairement de Suisse romande, surtout de l’arc lémanique, mais aussi de France voisine. Elles sont principalement actives dans les domaines informatique, électronique et médical», précise Karthigan Sinnathamby.

Pour 100 francs, les jeunes pousses disposent d’un stand de 4m2 au cœur du SwissTech Convention Center. Elles figurent aussi sur une double page au sein du guide de l’événement. Imprimé à 1400 exemplaires et disponible en ligne, ce livre présente chaque compagnie et les profils recherchés par celles-ci. Au-delà de ces prestations, les responsables des start-up ont aussi accès au petit-déjeuner des entrepreneurs, le matin, et au networking cocktail, en soirée – soit deux événements de réseautage réservés aux entrepreneurs. «Nous cherchons à donner aux start-up l’opportunité de recruter de jeunes ingénieurs à moindres frais», dit le président.

Alors que, traditionnellement, les jeunes universitaires préfèrent rejoindre de grandes sociétés qui peuvent leur offrir de meilleures conditions de travail; de plus en plus sont attirés par l’univers entrepreneurial. «Travailler sur un prototype tout neuf ou une idée novatrice attise la curiosité du futur ingénieur, que ce soit pour un stage, un travail de Master ou un emploi. Ce que les start-up recherchent avant tout, au-delà du profil technique et scientifique, c’est la soif d’innovation de l’étudiant. Voilà pourquoi nous les avons regroupées lors d’une journée dédiée indépendamment des 170 entreprises classiques qui seront des nôtres jusqu’au 12 octobre.»

Des exemples à suivre

Le Start-up Day sera ponctué par trois interventions de CEO de jeunes pousses à succès. «Ils présenteront leur parcours qui, bien souvent, part du même point que là où en sont les étudiants aujourd’hui. L’objectif est à nouveau de susciter le goût de l’innovation chez eux», dit Karthigan Sinnathamby. Le premier, Alen Arslanagic, présentera Visium: une entreprise concevant des logiciels d’intelligence artificielle à la carte. Ensuite, Percko qui produit des t-shirts intelligents contre le mal de dos, sera dévoilé par Alexis Ucko. Finalement, Christian Fischer racontera l’histoire de Bcomp, spécialisée en matériaux composites en fibre naturelle.

Sophie Marenne
AGEFI

 



Copyright © 2001 - 2018 Inter Group News All Rights Reserved