.
Actualités
Rubriques

Vente

Emploi

Contact

 



Redel passe la vitesse supérieure dans l'empire de la connectique
 
Le 19-11-2019

Avec plus de 93'000 références de produits, une clientèle dans plus de 80 pays, le groupe Lemo, à Écublens, est un empire de la connectique au service de toutes les industries high-tech et des grands centres de recherche, comme le CERN, à Genève, où l’on utilise près de 300'000 connecteurs. On les trouve dans tous les domaines: télécoms, audiovisuel, aérospatiale, aéronautique, automobile (y compris F1 et bolides électriques), installations pétrolières, nucléaire, robotique, systèmes de sécurité et surveillance, réseaux câblés, etc. En 1986, la société, qui a inventé le système de verrouillage automatique push-pull, crée une filiale, Redel, spécialisée dans la fabrication de connecteurs plastique, principalement utilisés par les fabricants de matériel médical mais également pour les équipements de tests et de mesures.

Devenue une marque phare du groupe, la filiale de Sainte-Croix s’occupe de la conception de produits plastique et de moules d’injection pour ces pièces. Beaucoup sont stérilisables, mais une partie, utilisée en chirurgie, est aussi jetable. Le secteur médical représente près 30% du chiffre d’affaires. Dans ces connecteurs passe du courant électrique, des fluides (eau, eau stérile) et même des fibres optiques. En métal ou plastique technique, leur taille va de 5 mm jusqu’à 70 mm.

Une importante activité de sous-traitance

Le site de Sainte-Croix a également développé une importante activité de sous-traitance pour sa maison mère, notamment dans le décolletage pour des pièces complexes de matériaux très durs, acier, inox, titane. Profitant d’un marché de la connectique de haute précision en plein boom, en manque d’espace pour poursuivre sa croissance malgré 5250m² de surface de plancher, Redel est en phase de s’agrandir une nouvelle fois sur le balcon du Jura.

«Nous sommes en pleine croissance mais complètement saturés. Notre principal souci est de faire face à la demande et d’augmenter les capacités de production. Des décisions prochaines seront prises», remarque, non sans satisfaction, le directeur général Abraham Ratano, qui va prendre un poste de responsable des projets stratégiques opérationnels à la direction du groupe et sera remplacé, début 2020, par Sébastien Leclerc, actuel chef de production usinage. Situé rue du Canal, à Sainte-Croix, Redel a la possibilité de doubler sa surface. En attendant, l’entreprise envisage de louer des locaux si elle trouve un bâtiment dont les dalles peuvent supporter ses équipements de plus en plus lourds.

Des machines très chères

L’usine compte plus d’une centaine de machines. «Totalement autofinancé, le groupe investit énormément dans des installations toujours plus performantes et précises, remarque Abraham Ratano. Toutes nos opérations sont gérées informatiquement de façon automatisée, et nous avons gagné beaucoup en vitesse de travail.» Le groupe Lemo – entièrement en mains de la famille du PDG Alexandre Pesci – réinvestit chaque année 8% au minimum de son chiffre d’affaires (plus de 300 millions de francs). Les machines les plus sophistiquées approchent le million de francs, comme cette gigantesque Tornos, qui usine quinze pièces à la minute. Mais Redel possède depuis un an et demi une autre machine suisse (Mikron) de plus grande valeur encore: près de 3 millions de francs. Elle usine 24 pièces (douilles de verrouillage) simultanément sur 24 outils et 84 axes numériques. Ainsi elle a permis de gagner un temps considérable en réunissant sur une installation quatre opérations auparavant séparées.

«Aujourd'hui, après les réglages nécessaires à l’usinage d’une nouvelle pièce, qui demandent jusqu'à douze heures sur cet équipement, nous sommes capables de sortir des pièces avec un niveau de complexité et de précision que nous ne pouvions pas obtenir auparavant», indique Abraham Ratano, directeur du site depuis 1990. Ce dernier estime que la modernisation du parc a permis de gagner plus de 20% de productivité. Encore plus spectaculaire, la production de contacts de connecteurs, fabriqués de A à Z par une même machine automatisée, y compris les contrôles finals. Les onze machines, introduites progressivement depuis l’an 2000, qui permettent de produire 40 pièces à la minute, contre une précédemment, ont fabriqué l’an dernier près de 100 millions de pièces de contact!

Accélération de la production

Ainsi le volume de production de Redel a bondi de 30% par rapport à 2016, alors que le nombre de collaborateurs est passé de 120 à 145. Depuis un an et demi, l’usine tourne en trois fois huit heures de travail contre deux fois huit heures normalement. L’équipe de nuit est toutefois réduite, même si 70% des machines tournent jour et nuit. «Nous avons changé complètement de modèle, explique le responsable. Nous ne faisons ici plus de montage de produits finis et nos machines tournent avec relativement peu de main-d’œuvre. Nous avons des professionnels très spécialisés après une année de formation ici, qui assurent la programmation, les réglages ou le contrôle d’une production très complexe.» Les travaux manuels d’assemblage ont été transférés en 2016 en Hongrie. Toutefois, précise-t-il, 85% des produits de base du groupe – 98% destinés à l’exportation – sont fabriqués en Suisse sur l’un des trois sites d’Écublens, de Sainte-Croix et de Delémont.

Pour Abraham Ratano, le gros défi dans cette phase d’automatisation accélérée de la production est de trouver les compétences requises dans les métiers de polymécaniciens, électriciens et automaticiens. Mais il s’agira aussi, ces prochaines années, de remplacer les nombreux départs à la retraite programmés.

24 Heures

 



Copyright © 2001 - 2019 Inter Group News All Rights Reserved