.
Actualités
Rubriques

Vente

Emploi

Contact

 



La filière électronique du Grand Ouest se structure au sein d’un Technocampus
 
Le 09-02-2019

Près de quatre ans après sa création, la Cité de l’objet connecté rejoint le cluster de l’électronique du Grand Ouest We Network, dans l’objectif de donner naissance à un Technocampus.

Quatre ans après sa création, la Cité de l’objet connecté -installée à la Wise Factory à Verrières-en-Anjou- vient d’intégrer le puissant cluster de l’électronique du Grand Ouest, We Network. Objectif? Mettre sur pied, dès ce printemps, le Technocampus de l’électronique d’Angers au bénéfice de la filière.

Le technocampus fonctionnera sur le modèle d’une plateforme de recherche et d’innovation dont les ressources (outils, machines...) seront mutualisées au profit des grandes entreprises, des PME, des centres de recherche, des écoles supérieures, etc.

"Trois ans après le World electronics forum, beaucoup de projets ont été menés. L’industrie se digitalise. Les entreprises s’engagent dans une course à l’innovation et certaines d’entre elles choisissent de créer avec l’Internet of Things (IoT) des produits et services connectés toujours plus intelligents. Le temps où nous demandions quel serait le dernier survivant d’une filière moribonde est dépassé", explique Vincent Bédouin, PDG de Lacroix Group et président de We Network.

Sébastien Chatelier, directeur général d’Eolane, société actionnaire de feu la Cité de l’objet connecté, ne dit pas autre chose: "La révolution digitale de l’industrie électronique se fera dans les objets très concrets. Nous sommes capables d’accélérer le mouvement dans le cadre de ce nouveau partenariat."

L’Etat, la Région et Angers Loire Métropole soutiennent le Technocampus.

Pour soutenir la filière, et en filigrane son projet de Territoire intelligent, Angers Loire Métropole soutiendra We Network à hauteur de 230000 euros par an de 2019 à 2021. Au titre de son Plan Innovation, la Région apportera 535000 euros par an jusqu’en 2021. A cela s’ajoute une aide de 3 millions d’euros de l’Etat dans le cadre du Plan Investissements d’Avenir. "Et c’est bien toute la filière qui en bénéficiera, insiste le président Christophe Béchu, pas une entreprise en particulier."

Un point que partagent Eolane, All Circuits, Tronico, entre autres partenaires industriels de la filière. "Notre problématique est désormais de trouver la taille critique pour exister face aux mastodontes étrangers et à la globalité du marché", témoigne Bruno Racault, président d’All Circuits. L’entreprise (2000 salariés pour 230 millions de chiffre d’affaires) est basée entre Blois et Orléans et fait de l’assemblage électronique au profit de l’industrie automobile essentiellement. Son bureau d’études, composé d’une vingtaine de personnes, quittera bientôt l’avenue Patton à Angers pour rejoindre la Wise Factory, où le Technocampus se déploiera. "Nous dépassons la notion de concurrence pour nous unir au profit de l’innovation et de la filière, afin de redonner à l’industrie électronique toute la place qui lui revient sur notre territoire, au bénéfice de l’activité et de l’emploi. Le Technocampus va asseoir encore un peu plus Angers comme capitale de l’électronique française, ce qui est indéniable", conclut l’industriel.

angers loire metropole

 



Copyright © 2001 - 2019 Inter Group News All Rights Reserved