.
Actualités
Rubriques

Vente

Emploi

Contact

 



La société lausannoise Nexthink lève 85 millions de dollars
 
Le 13-12-2018

Spécialisée dans la cybersécurité, l’entreprise utilisera cette somme pour s’étendre à l’international, notamment aux Etats-Unis

Nexthink avait jusqu’à présent levé 65 millions de dollars, depuis sa création en 2004. L’entreprise lausannoise, spécialisée dans la cybersécurité, a annoncé mercredi la levée de 85 millions de dollars (84,3 millions de francs) supplémentaires pour accélérer son expansion à l’international, en ciblant tout particulièrement le marché nord-américain.

Peu connue du grand public, Nexthink compte plus de 900 clients dans le monde, dont Adobe, BlackRock, Commerzbank, Safran, Tiffany & Co. et Western Union. Pour ces entreprises, la société lausannoise installe des capteurs dans les smartphones, les serveurs et les ordinateurs portables. Leur but: mesurer tout problème lié à la sécurité, aux tentatives d’intrusion, mais aussi tout souci lié à la performance d’une machine. L’entreprise met en particulier l’accent sur l’importance d’une infrastructure technologique fiable pour améliorer la productivité et la satisfaction des employés. Au total, plus de 900 millions de ces capteurs sont actuellement en fonction.

Environ 400 employés

Nexthink compte une centaine d’employés à Lausanne et environ 300 au niveau mondial. La société possède un second siège aux Etats-Unis, à Boston. «Nous allons utiliser ces fonds pour continuer de croître sur nos marchés clés et donner des ressources supplémentaires à nos équipes qui développent des produits. Nous avons plusieurs innovations de taille en préparation», a affirmé Pedro Bados, cofondateur et directeur de Nexthink, dans un communiqué.

Ce nouveau tour de table a été en grande partie effectué auprès d’investisseurs déjà présents dans le capital de la société. Mené par Index Ventures, il a vu la participation de Highland Europe, du fonds d’investissement technologique de la famille Bertarelli Forestay Capital, de VI Partners, d’Auriga Partners et de Galéo Capital. Les nouveaux investisseurs sont TOP Funds et Olivier Pomel, cofondateur et directeur de la société de sécurité new-yorkaise Datadog.

Anouch Seydtaghia
LE TEMPS

 



Copyright © 2001 - 2019 Inter Group News All Rights Reserved