.
Actualités
Rubriques

Vente

Emploi

Contact

 



La start-up vaudoise ThinkEE démocratise l’Internet of Things
 
Le 14-11-2018

La spin-off de l’EPFL fournit une solution technologique pour amener les objets connectés à la portée des PME, en s’adaptant à leurs besoins.

L’Internet of Things (IoT), cet écosystème d’objets connectés, est généralement l’apanage des grandes compagnies et multinationales, celles qui ont les ressources nécessaires pour structurer leur réseau d’appareils. Dans cette course numérique, les petites boîtes sont bien souvent à la traîne. Pour remédier à cette situation, ThinkEE a conçu une plateforme flexible, performante et robuste qui facilite la récolte de données. Sa clientèle cible: les PME. «Nous aidons les petites et moyennes entreprises à gérer leurs appareils électroniques et les informations qui en découlent. Ainsi, elles peuvent soit générer un revenu complémentaire, soit baisser leurs charges», annonce Johann Bigler, l’un des fondateurs de la start-up.

La spin-off de l’EPFL compte déjà une dizaine de clients B2B dans son carnet d’adresses dont, par exemple, l’yverdonnois MADD Technologies en météorologie, le lausannois Droople en gestion de l'eau, ou encore le fribourgeois GeoAzimut actif en géothermie. «Notre offre transversale peut toucher n’importe quelle société qui cherche à récolter, centraliser et utiliser ses données en temps réel», affirme Jean-Charles Fosse, son associé.

La plateforme est composée de différents blocs, modulables en fonction des besoins de chaque client. Les fonctionnalités sont, par exemple, le système d’alerte, la carte des capteurs, la gestion des problèmes par priorité ou encore la maintenance prédictive des appareils. «Nous sommes comme un WordPress pour les applications IoT. A la façon dont ce logiciel permet la création facilitée de sites internet, nous rendons l’utilisation des objets connectés accessible aux PME», ajoute-t-il.

Le prix de la solution varie au regard du nombre d’objets connectés et de leurs types. Le modèle d’affaires de la spin-off nichée à l’EPLF Innovation Park est celui de l’abonnement: «Si cela fonctionne pour notre client, cela fonctionne pour nous également. Nous sélectionnons donc soigneusement nos partenaires», dit Johann Bigler.

La volonté d’entreprendre

En 2014, Jean-Charles Fosse et lui sont étudiants à l’EPFL Ces jeunes ingénieurs, animés d’une fibre entrepreneuriale peu commune, se lancent dans un premier projet, en parallèle de leur cursus. A l’époque, ils imaginent un système de cloud local. Ils sont appuyés par le professeur Maher Kayal qui dirige le laboratoire d'électronique (ELab). L’aventure avançant, l’idée se transforme en un réseau social de gestion d’énergie électrique qui permet à tous de connaître sa consommation énergétique. Le nom ThinkEE pour Think Energy Efficiency est choisi.

Ils mettent ensuite leur dessein entre parenthèses durant leur Master mais Johann Bigler y revient rapidement. Il cherche à y ajouter une nouvelle dimension: celle de la rétroaction sur les appareils, au-delà de la simple récolte de données. Il se souvient: «Créer un tel système est techniquement compliqué: soit il faut disposer d’appareils d’une marque unique, soit il faut jouer avec plusieurs logiciels.» Jean-Charles Fosse le rejoint et les deux ingénieurs planchent alors sur une plateforme IoT compatible avec tout type de dispositifs. Soutenus par une bourse Innogrant, ils travaillent sur leur idée à partir d’août 2016.

Sur les fondations de leurs expériences passées, ils bâtissent un portail qui facilite la récolte de données de capteurs de tous types. Ils le testent sur le pavillon «NeighborHub», l’édifice qui a remporté la compétition internationale Solar Decathlon à Denver, en octobre 2017. «C’était une forme de super projet pilote.»

D’une taille de trois collaborateurs aujourd’hui, la start-up vise à devenir un acteur important de l’univers IoT. Les entrepreneurs espèrent servir une cinquantaine de client en 2019 et voir leur effectif passer à une dizaine dès 2020.

Une spin-off consacrée au marché de la sécurité

Energie, agriculture, industrie, facility management, sécurité... La plateforme répond aux besoins de tout domaine mais pour ce dernier, la jeune pousse a fondé une spin-off dédiée. Nommée Kateo, elle est la joint-venture de ThinkEE et de l’entreprise française Proinsec – également active en Suisse et au Maroc – spécialisée en formations dans la prévention des risques professionnels. Cette firme est menée par Thibaut Buisson qui a rejoint l’équipe de ThinkEE et de Kateo.

Kateo connecte les appareils de sûreté, tels que les extincteurs, et digitalise la maintenance de sécurité. Jean-Charles Fosse commente: «Nous apportons le volet technologique et Proinsec amène son réseau de contacts et son savoir-faire métier.»

Née en juillet, la jeune pousse a déjà remporté le Start-up Contest du salon Expoprotection à Paris, le rassemblement autour de la gestion des risques, la semaine dernière. «Cela nous donne droit à un stand lors de la prochaine édition, en 2020», décrit son associé.

Sophie Marenne
AGEFI

 



Copyright © 2001 - 2019 Inter Group News All Rights Reserved