.
Actualités
Rubriques

Vente

Emploi

Contact

 



L’industrie des semi-conducteurs pèse sur Comet et VAT
 
Le 05-11-2018

Résultats. Les méga tendances restent intactes mais cela n’évite pas des cycles intermédiaires. Ams et Inficon en sont aussi tributaires.

Confronté à un recul des commandes du marché des semi-conducteurs plus marqué qu’attendu encore en août dernier, Comet Group a dû annoncer vendredi un nouvel avertissement sur bénéfice (profit warning). Certes, cette industrie n’est pas la seule en cause mais aussi un ralentissement d’autres marchés tels que le secteur de l’automobile et l’inspection de sécurité, qui pèsent actuellement sur l’évolution des affaires de Comet qui est domicilié à Flammatt. Les incertitudes économiques et politiques s’accentuent, exerçant également un impact négatif. C’est pourquoi l’action Comet a de nouveau chuté d'environ 9%.

La diminution du chiffre d’affaires qui découle de cela, conjuguée à différents décalages dans le mix produits et à des coûts non récurrents un peu plus hauts que prévu, en lien avec la mise en œuvre du programme d’amélioration des bénéfices dans l’unité d’affaires X-Ray Systems, aura pour effet une rentabilité plus faible en 2018. Le résultat sera aidé en 2019 par l’absence (comparé à 2018) de coûts non récurrents et d’une perte d’exploitation à Davenport, qui ont induit un total de 17 millions de francs au niveau de l’EBITDA (résultat brut d’exploitation) en 2018.

Réajustement substantiel

Comet prévoit maintenant pour 2018 un chiffre d’affaires de 430-440 millions de francs (au lieu de 440-460 millions). La marge EBITDA se situe vraisemblablement entre 7% et 9% (plutôt que 10% à 12%), un niveau qui montre justement la cyclicité de Comet.

Comet développe et produit des composants et des systèmes high-tech sur la base des rayons-X, de la haute fréquence et du procédé ebeam. Cette entreprise compte parmi ses administrateurs Hans Hess, président de Swissmen, et le professeur Gian-Luca Bona.

En 2017, sa marge EBITDA s’est montée à 14,5% pour un chiffre d’affaires net de 438,6 millions. Elle a fluctué dans une bande comprise entre 12,7% et 14,5% pour la période allant de 2013 à 2017. Le cash-flow opérationnel (flux net de trésorerie provenant des activités d’exploitation) est quant à lui passé de 17,4 millions, en 2013, à 38,3 millions de francs en 2017.

Sa valeur boursière dépasse 730 millions de francs ; ce qui paraît encore élevé au vu du cash-flow libre. Le profit économique a régressé de 42% à 12,2 millions de francs au premier semestre 2018 (sur une base de roulement de 12 mois). Comet présentait un endettement net de 35,2 millions à fin juin 2018. L’action a perdu environ 38% depuis le 1er janvier 2018.

Ams (austriamicrossytems) est spécialisé dans la conception, la fabrication et la commercialisation de capteurs, transmetteurs, convertisseurs de puissance, interfaces de capteurs, circuits intégrés, etc., à destination notamment des industries médicale, automobile, et des communications mobiles, Apple étant un client important. AMS est également soumis à des cycles. Sa valorisation s’élève à 3,4 milliards de francs sur SIX Swiss Exchange et semble encore élevée, nonobstant la chute de plus de 50% du cours de l’action cette année.

Inficon et VAT meilleurs

VAT Group, le chef de file mondial des soupapes à vide, destinées principalement aux industries des semi-conducteurs, photovoltaïque et de la fabrication d’écrans plats, a également subi une baisse de 25% du cours de l’action cette année, du fait d’une modération de ses marchés au troisième trimestre. Au même titre qu’Ams et Comet, VAT Group a été poussé trop haut par le marché financier. Mais même à 3,2 milliards de francs, VAT semble encore un peu cher à l’aune du free cash-flow (le niveau de 2018 dépassera cependant celui de 2017 de 108,5 millions de francs).

VAT Group, qui a un modèle d’affaire flexible notamment au plan des coûts, présente une rentabilité meilleure que celle de Comet et Ams, tant en termes de marge EBITDA que de rendement des capitaux investis (de l’ordre de 30%).

Inficon, qui a des liquidités nettes de plus de 40 millions de dollars, paraît également de qualité supérieure, tout en se montrant moins cyclique et en escomptant une nouvelle progression en 2018 de ses résultats. Soit une marge d’exploitation d’environ 20% pour un chiffre d’affaires de 400 millions de dollars.

Ce fabricant d’instrumentation pour la technique du vide et de capteurs très sensibles pour l’analyse, la mesure et le contrôle dans l’industrie des semi-conducteurs, bénéficie d’un portefeuille d’affaires diversifié. L’action a corrigé en 2018 d’environ 18% ; la valeur boursière de 1,2 milliard est redevenue plus raisonnable à la lumière du cash-flow disponible, des marges et du ROCE.

Philippe Rey
AGEFI

 



Copyright © 2001 - 2019 Inter Group News All Rights Reserved