Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Alpiq s'étend dans les caténaires outre-Manche
 
Le 11-10-2017

L'acquisition de Lundy Projects s'inscrit dans le cadre d'une stratégie de diversification d'Alpiq alors que le marché suisse de l'électricité connait une mutation.

Alpiq étend son activité dans le secteur ferroviaire. Le groupe énergétique valdo-soleurois rachète, pour un montant non divulgué, l'entreprise britannique Lundy Projects, spécialisée dans les structures de caténaires et de signalisation.

L'opération permet à Alpiq de devenir numéro un en Europe dans la technique des caténaires, a indiqué mardi la multinationale basée à Lausanne, qui doit composer avec un marché suisse de l'électricité en pleine mutation. Une caténaire est l'ensemble des câbles aériens servant à une locomotive à capter le courant électrique.

Domaine porteur

Lundy Projects est une société installée à Stockport, non loin de Manchester. Elle emploie quelque 160 collaborateurs, répartis sur cinq sites. Le marché britannique apparaît porteur, dans la mesure où il présente un important besoin de rattrapage en matière de modernisation, souligne Alpiq dans son communiqué.

Pour mémoire, le Royaume-Uni s'est signalé à une époque pas si lointaine par certains déboires rencontrés par son réseau ferré, occasionnant des accidents. Depuis, des programmes d'investissement ont été lancés pour des lignes à grande vitesse et la poursuite de l'électrification de l'ensemble des lignes à travers le pays.

Alpiq dispose déjà d'une expérience dans le domaine des transports et de l'électrification de grandes lignes ferroviaires. Ainsi, la société a déployé son savoir-faire pour le tunnel de base du St-Gothard. Elle est présente encore dans la construction d'une ligne à grande vitesse entre Milan et Gênes en Italie.

Centrales hydroélectriques

L'acquisition de Lundy Projects s'inscrit dans le cadre d'une stratégie de diversification d'Alpiq. Le groupe veut notamment se positionner en tant que «spécialiste européen de la technique des transports». L'annonce de mardi fait suite à plusieurs mois d'atermoiements autour de l'avenir de ses centrales hydroélectriques.

Alpiq a annoncé en effet fin août renoncer à vendre une partie de ses installations. La démarche initiale, divulguée début mars 2016, visait à essayer de réduire la dépendance vis-à-vis des prix de l'électricité sur les marchés de gros et à redonner des bases plus solides et durables à la production hydraulique déficitaire.

Au premier semestre 2017, le groupe a essuyé une perte nette de 5 millions de francs, avant éléments exceptionnels, contre un bénéfice de 41 millions un an plus tôt. En tenant compte d'effets liés à une procédure d'arbitrage, à des cessions, à des provisions ou à d'autres facteurs exceptionnels, la perte grimpe à 109 millions.

24heures.ch

 



Copyright © 2001 - 2017 Inter Group News All Rights Reserved