Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Zoug, Zurich et Argovie toujours les plus attrayants pour les entreprises
 
Le 13-09-2017

Les cantons de Zoug, Zurich et Argovie restent les plus attrayants pour les entreprises suisses, selon l'indicateur annuel de la qualité de la localisation (IQL) publié mardi par Credit Suisse.

Les régions de Suisse centrale présentent également des résultats supérieurs à la moyenne. Si la situation globale reste stable, la banque prévoit une nouvelle intensification de la concurrence que se livrent les cantons pour attirer les entreprises, avec le projet fiscal 17.

Sur la première marche du podium depuis des années, Zoug jouit toujours d'une avance confortable par rapport à Zurich, alors que l'Argovie ferraille avec Bâle-Ville pour défendre sa troisième place. Le canton-ville de Genève, premier romand du classement, se situe dans la moyenne nationale, alors que le canton de Vaud talonne Soleure grâce à la réduction de l'impôt sur les sociétés.

En queue de classement, les cantons du Jura et du Valais présentent la plus faible qualité de localisation, du fait notamment de leur topographie et de la distance qui les sépare des grands centres économiques, expliquent les auteurs de l'étude.

On constate pourtant des disparités considérables à l'intérieur de grands cantons hétérogènes comme Berne, Vaud, le Tessin ou les Grisons, dont les centres se distinguent des régions périphériques notamment en raison de leur raccordement aux réseaux de transport. En Romandie, c'est le cas de Nyon, et au Tessin, de Mendrisio et Lugano.

Sur le plan fiscal, Credit Suisse prédit un renforcement de la concurrence pour les entreprises au niveau des taux d'imposition ordinaire. Par rapport à la 3e réforme de l'imposition des entreprises RIE III, rejetée par le peuple en février dernier, le Conseil fédéral souhaite réduire les possibilités pour les cantons de diminuer l'assiette fiscale.

Vu que la part cantonale de l'impôt fédéral direct (IFD) n'est relevée qu'à 20,5% au lieu de 21,2%, les cantons disposeront de moins de ressources pour financer des réductions d'impôts. Les cantons avec de nombreuses entreprises à statut particulier et des taux d'imposition élevés sont sous pression, selon les estimations des économistes de Credit Suisse.

AGEFI

 



Copyright © 2001 - 2017 Inter Group News All Rights Reserved