.
Actualités
Rubriques

Vente

Emploi

Contact

 



Y-PARC - UN «SILO» DE 422 PLACES DE STATIONNEMENT...
 
Le 05-03-2019
de Y-Parc SA

UN «SILO» DE 422 PLACES DE STATIONNEMENT VA SORTIR DE TERRE À Y-PARC !

La première étape du parking mutualisé destiné principalement aux résidents d’Y-Parc passe à l’enquête.

Le stationnement à Yverdon n’est plus une sinécure. Il en va de même au Parc scientifique et technologique (PST), aux portes de la ville, où 1400 personnes viennent travailler quotidiennement. Pour elles, la situation est en passe de s’améliorer sensiblement. En effet, la Caisse de retraite professionnelle de l’industrie vaudoise de la construction vient de mettre à l’enquête un parking mutualisé de 422 places sur le site. Il se dressera le long de l’avenue des Trois-Lacs – un des tronçons de la route de contournement –, juste à côté de KinderCity, le centre ludo-éducatif actuellement en construction.

Initialement, c’est bien la Ville qui devait financer ce projet, dont elle avait eu l’idée. Un montant de 10 millions avait du reste été porté au plan des investissements. «Ce montant a pu être réaffecté dans toute une série de projets, notamment le chauffage à distance. Un million est aussi prévu pour l’aménagement d’une place entre le parking et KinderCity», souligne le syndic, Jean-Daniel Carrard, également président du conseil d’administration d’Y-Parc.

Le parking prendra la forme d’un silo, de six étages maximum. Ce sont les deux premiers, d’un potentiel de 422 places, qui sont à l’enquête jusqu’au 10 mars. Les 558 autres places pourraient être réalisées en une ou deux étapes, en fonction des besoins.

Le «silo» se destine d’abord aux résidents du PST. «Sa réalisation permet une mise en conformité avec le règlement d’Y-Parc, qui prévoit que les propriétaires doivent assumer sur leur parcelle 50% de leurs besoins en parking, les 50% restants étant à louer dans le futur parking mutualisé», reprend Jean-Daniel Carrard.

Des places seront aussi à disposition des visiteurs de KinderCity. Et s’il en reste, elles pourraient profiter à des pendulaires qui travaillent en ville. «Mais tout cela doit encore faire l’objet de discussions avec les propriétaires», conclut le syndic yverdonnois. F.RA.

24 Heures

 



Copyright © 2001 - 2019 Inter Group News All Rights Reserved