Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



La HES-SO insuffle le virus de l’entrepreneuriat à ses étudiants
 
Le 12-04-2018
de WebNews Industry® - News des associations et de la formation


La HES-SO innove en matière d’entrepreneuriat en mettant sur pied différents programmes d’aide à la création de start-up.

La HES-SO a toujours misé sur son caractère professionnalisant pour mieux se vendre. La culture de l’entrepreneuriat fait également partie de son ADN. Depuis sa création il y a 20 ans, la Haute école spécialisée de Suisse occidentale a vu naître des centaines de start-up, fruits de la réflexion de ses étudiants ou issues de ses laboratoires de recherche.

Une fabrique d’idées

Pour stimuler l’esprit d’entreprise et l’interdisciplinarité, la HES-SO Valais-Wallis a lancé, il y a 15 ans déjà, le programme Business Experience qui laisse une année aux étudiants pour monter leur propre projet de création de start-up. Dans ce cadre, l’incubateur The Ark au TechnoArk de Sierre met à disposition des jeunes en formation ses locaux. Les futurs diplômés disposent aussi de conseils de professionnels et d’un capital de départ pouvant aller jusqu’à 10'000 francs.

«A l’époque, nous étions des pionniers dans ce domaine. Plus de 400 individus ont depuis pris part à ce programme de pré-incubation proposé en option en dernière année de Bachelor», déclare Antoine Perruchoud, responsable de l’Institut entrepreneuriat et management auprès de la HES-SO Valais-Wallis. Entre 30 à 40% des diplômés qui ont suivi ce dispositif sont aujourd’hui indépendants. En moyenne, un ou deux projets par volée d’étudiants se transforment en PME. «L’instrument aura créé quelques centaines d’emplois localement», chiffre Antoine Perruchoud.

Aujourd’hui doctorant en informatique, Jérôme Treboux tire un bilan positif de sa participation à cet incubateur de start-up: «Ce dispositif nous fournit les moyens pour aller au bout de nos idées, tout en nous octroyant du temps pour y réfléchir. Les projets développés partent souvent d’un manque dans le monde économique. Ils répondent donc à un réel besoin». Le jeune-homme cite en exemple la start-up datastory.ch, spécialisée dans la gestion de données et créée à la suite de ce programme.

Aiguiser l’esprit d’entreprise

Plus récemment, la haute école a mis sur pied à Sierre la première Team Academy de Suisse. Au menu de cette formation menant à l’obtention d’un Bachelor en économie d’entreprise: pas de note, pas de cours magistraux et encore moins un programme précis. Les étudiants ne sont plus des étudiants mais des «teampreneurs». Ils construisent eux-mêmes leur propre savoir et développent leurs compétences de manager en réalisant des projets pratiques pour des clients issus du tissu socio-économique régional.

Les jeunes en formation s’auto-organisent au sein d’une «Team Company», sous la supervision d’un coach. Les futurs diplômés y développent leur propre créativité et l’art de décider. Sans oublier l’acquisition de solides compétences de gestion. Autant de qualités utiles à l’entrepreneuriat, selon Antoine Perruchoud pour qui ce programme aiguise l’attitude entrepreneuriale des jeunes en formation.

«En Finlande, 60% des personnes qui ont opté pour ce type de cursus lancent leur propre entreprise», précise le responsable. La haute école souhaite désormais étendre sa Team Academy à d’autres sites en Suisse. Dans le même ordre d’idée, elle a lancé un master en innovation appelé Innokick qui fonctionne sur le même concept que la Team Academy.

Le rectorat a aussi mis sur pied, il y a deux ans, un prix à l’innovation qui récompense des projets innovants et ancrés dans leur région. Le premier prix est doté d’un capital de 20.000 francs, contre 15.000 francs pour le second.

Effectifs multipliés par cinq

La La HES-SO a toujours misé sur son caractère professionnalisant pour mieux se vendre. La culture de l’entrepreneuriat fait également partie de son ADN. Depuis sa création il y a 20 ans, la Haute école spécialisée de Suisse occidentale a vu naître des centaines de start-up, fruits de la réflexion de ses étudiants ou issues de ses laboratoires de recherche.

Une petite application pour de grands effets

Quelle est mon empreinte écologique pour aller au travail, chauffer ma maison, me nourrir ou encore pratiquer mes loisirs? Créée en 2017 par des chercheurs de l’Institut informatique de gestion de la HES-SO Valais, l’application Energy Coach permet de répondre à toutes ces interrogations. Elle mesure la consommation d’énergie dans tous les domaines de la vie quotidienne. La solution numérique propose aussi des centaines de conseils pour diminuer sa propre pollution, comme par exemple laver ses vêtements à basse température ou prolonger la durée de vie de son téléphone portable.

Chaque geste vert est, en outre, quantifié, de sorte que l’utilisateur peut suivre ses propres économies énergétiques calculées en francs, en kilowattheure et en CO2 émis. Le dispositif évalue également depuis peu la qualité de l’isolation des habitations et fait des recommandations. Concrètement au moment de l’enregistrement, l’application pose un certain nombre de questions sur sa propre consommation dans différents domaines allant de la mobilité en passant par les loisirs, la nourriture et l’habitat, ce qui permet de se créer un profil personnalisé. Les économies sont calculées en fonction de ces données.

Le développement de l’outil a bénéficié du soutien financier de la fondation de promotion du développement durable Big Effects, de l’Institut d’informatique de gestion à Sierre et de la direction de la HES-SO Valais. Basée à Martigny, la start-up tokiwi en a assuré le développement, alors que l’Institut d’informatique de gestion s’est chargé de la création du serveur de l’application. Tokiwi est issue du programme d’incitation à l’entrepreneuriat lancé par la HES-SO Valais, Business Experience.

Cet article vous est offert par Swissquote
Maude Bonvin

AGEFI

 



Copyright © 2001 - 2018 Inter Group News All Rights Reserved