Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Genève: tête de pont entre la Suisse et la Chine
 
Le 10-07-2018
de WebNews Industry® - News des expositions

Les entrepreneurs genevois ont pu cerner la stratégie du gouvernement chinois et les grandes lignes de son programme de promotion technologique dénommé Made in China 2025.

La visite de la délégation officielle d’entrepreneurs genevois en Chine, sous la conduite de Pierre Maudet, Président du Conseil d’Etat genevois, et co-organisée par la CCIG et la SCCC (Chambre de Commerce Suisse-Chine), s’est achevée dimanche à Shanghai, après plus de 8 jours d’intenses visites d’entreprises ou d’incubateurs chinois sélectionnées par le comité organisateur.

«Quelque 30 entreprises chinoises, toutes ambassadrices de la 4ème révolution industrielle nous ont ouvert leurs portes, au plus haut niveau, et présenté leur vision respective du monde futur dans lequel nos industries et sociétés devront apprendre à se nourrir et se développer. Les nouveaux outils technologiques présentés lors de nos visites et leurs nouvelles applications et implications sont faramineuses. Brian Wong, Vice-Président du groupe Alibaba (basé à Hangzhou), ancien assistant personnel de Jack Ma et maintenant responsable des Global initiatives, nous confiait en privé que lui-même n’arrivait plus à suivre le rythme d’innovation spectaculaire développé par son groupe. Rien ne semblait impossible», explique Christophe Weber, président de la SCCC.

La délégation a eu le privilège de prendre connaissance de ses propres yeux d’une carte virtuelle de la ville de Hangzhou où chaque opération sur les plateformes internet du groupe étaient répliquées géographiquement et en temps réel. Qu’il s’agisse d’un simple achat, d’un paiement, d’une course de taxi, d’un home delivery ou alors les conditions de circulation, tout était traçable et identifiable. Le plus intéressant, c’était que chacune de ces données étaient re-exploitées sur d’autres produits veillant à améliorer les services d’urbanisation, la consommation électrique ou la gestion des déchets et des stocks.

Pour Christophe Weber, le bilan de cette délégation est multiple. Non seulement, les entrepreneurs genevois ont pu avoir des échanges fructueux avec les têtes de pont de cette nouvelle économie, mais encore, ils ont su s’inspirer de nombreux nouveaux concepts de production (émanant des nombreux incubateurs ou solution space) ou de nouvelles perspectives compte tenu des progrès technologiques présentés. Cette mission a aussi été l’occasion de promouvoir les atouts de la Genève internationale (avec de nombreuses visites de la société chinoise en parallèle à la délégation) et d’accompagner des entreprises suisses et genevoises à la découverte de l’économie chinoise, qui peut être parfois difficile d’accès.

«Ce séjour nous a aussi permis d’étudier l’impact de ces nouveaux modèles sur nos écosystèmes et de mieux comprendre la stratégie du gouvernement chinois et les grandes lignes de son programme de promotion technologique dénommé Made in China 2025», conclue le président de la SCCC.

In fine, les échanges entre les membres de cette délégation ont été très fructueux, liée à sa grande diversité. Elle a notamment permis de renforcer les liens déjà existants entre les acteurs politiques et économiques et ceux de la recherche.

«Cette semaine de découvertes et d’échanges très féconds entre entrepreneurs chinois et genevois a été celle d’une prise de conscience. Voire d’un l’électrochoc, tant la Chine a de quoi impressionner, et surtout stimuler. Ce séjour intense a également permis de raffermir les collaborations académiques, déjà florissantes entre nos Alma Mater. Nous avons pu aussi resserrer nos liens d'affaires, à travers notamment une rencontre avec COSCO, qui a confirmé son intention de développer ses activités de fret à Genève», résume Nicholas Niggli, qui dirige la DG DERI (Direction générale du développement économique, de la recherche et de l'innovation) rapportant à la Présidence du Canton de Genève.

Ce que la délégation retient notamment, c’est que Genève doit continuer d'intensifier son partenariat avec les régions les plus dynamiques de Chine, le plus grand marché Internet au monde - presque autant d'usagers que l'Inde et les Etats Unis réunis.

«L'économie de la Chine est en train de monter en gamme, à une vitesse vertigineuse. Sa culture entrepreneuriale millénaire est en train de ressurgir de manière spectaculaire. L'époque où cette puissance était perçue uniquement comme l'atelier du monde est donc bel et bien révolue. Ses investissements dans la recherche et le développement avoisinent actuellement les 300 milliards de francs par an», selon le directeur de la DG DERI.

Les dépenses chinoises gagnent sans cesse du terrain, au point de talonner aujourd'hui celles des Etats-Unis. Elles devraient même les dépasser très prochainement. Tant en valeur, qu'en nombre de publications scientifiques.

« Genève comme tête de pont de la Route de la Soie au cœur de l’Europe»

Dans le sillage de la mission économique orchestrée aux Etats-Unis par la CCIG (et à la Silicon Valley, en particulier) en 2017, le fil conducteur du déplacement chinois est l’innovation.

«Ayant opéré une (r)évolution copernicienne d’usine du monde à pionnier technologique, la Chine constitue aujourd’hui un véritable colosse technologique», estime Vincent Subilia, directeur général adjoint de la CCIG. Les nombreuses visites et autres rencontres à haut niveau ont permis aux entrepreneurs genevois de prendre le pouls de l’ampleur, mais également du rythme, des développements chinois.

«A la faveur notamment d’échanges avec les dirigeants d’Alibaba ou de Tencent, lesquels forment les BAT (le B se référant à Baidu, le Google de l’Empire du Milieu), trio des géants de l’Internet chinois, à l’instar des GAFA américains, c’est à un mini MBA en innovation auxquels les participants ont été conviés; nourris d’exemples concrets (tels les drones de DJI, les voitures électriques de NIO ou encore les capteurs de SenseTime), alimentés de cas d’école pratiques (dispensés chez les accérateurs de Hax ou X-Node), pimentés d’un zeste de culture mariant tradition et innovation (avec la cérémonie du thé, en présence d’une parfumeur de Firmenich, dans l’antre d’une société biotech chinoise de premier plan), c’est à un cocktail détonnant auquel on put prendre part les sociétés genevoises; une recette bonifiée par une composante académique (grâce à un double forum sino-suisse avec les deux meilleures universités chinoises, que sont l’Université de Pékin et l’Université Tsinghua) et relevée par des découvertes culinaires détonantes», énumère Vincent Subilia.

La CCIG a tiré parti de cette mission économique pour consolider ses liens institutionnels avec les partenaires chinois. Ainsi a été conclu un accord de partenariat associant la Chambre de commerce genevoise à la Silk Road Chamber of International Commerce (SRCIC), organisation économique faîtière couvrant des chambres actives dans 75 pays et représentants des millions d’entreprises au fil de la fameuse Route de la Soie - laquelle correspond à l’initiative Belt and Road portée par le gouvernement chinois.

«Cet accord stratégique positionne Genève comme tête de pont de la Route de la Soie au cœur de l’Europe; à ce titre, elle bénéficiera aux entrepreneurs suisses, qui souhaiteraient tirer profit des vastes défis - notamment infrastructurels - dont l’initiative Belt and Road est porteuse», ajoute non sans fierté le directeur général adjoint de la CCIG.

«La CCIG, pleinement consciente de l’évolution de notre monde, a souhaité se rendre compte sur le terrain - en Chine, comme aux Etats-Unis l’année dernière - des dernières avancées technologiques; ainsi, elle pourra continuer à se faire l’intermédiaire de confiance du monde économique genevois, estime Juan-Carlos Torres, président de la CCIG.

Un exercice que la CCIG poursuivra à la faveur d’un prochain déplacement en Russie, mais surtout d’une intensification de ces délégations économiques, dont le catalogue 2019 devrait inclure une dizaine de destinations stratégiques pour les entrepreneurs (avec potentiellement l’Inde, autre acteur technologique incontournable). (EF)

Cet article vous est offert par Swissquote
Elsa Floret
AGEFI

 



Copyright © 2001 - 2018 Inter Group News All Rights Reserved