.
Actualités
Rubriques

Vente

Emploi

Contact

 



Avec Mouvent, Bobst démarre son odyssée digitale
 
Le 01-03-2019

Pour l’année 2019, le groupe vaudois mise sur le potentiel de ses nouvelles solutions d’impression numériques et intégrées.

Mercredi, le choix des lieux n’avait rien d’anodin. En présentant les résultats annuels de son groupe dans le centre vaudois de Mouvent, Jean-Pascal Bobst soulignait une nouvelle fois l’importance de cette coentreprise fondée en 2017 avec la start-up Radex.

Répartis sur cinq sites en Suisse, ils sont désormais 110 salariés au sein de cette entité, soit trente de plus qu’un an auparavant. Avec le développement de Mouvent, le président du comité de direction du groupe Bobst a ainsi tenu sa promesse, à savoir continuer à investir en Suisse. Il est surtout en train de poursuivre et même d’accélérer la mue de son entreprise. «À l’avenir, Bobst ne sera plus seulement un fabricant de machines, mais aussi un fournisseur de solutions d’impressions numériques et 100% intégrées», explique-t-il en décrivant cette période comme une «nouvelle odyssée» pour son groupe.

En 2019, Mouvent concentrera principalement ses efforts dans les secteurs du textile et de l’étiquetage. Mais Jean-Pascal Bobst précise déjà viser d’autres segments de marché, à l’exemple de celui du «carton ondulé» ou des films alimentaires.

Offensive en Chine

D’un point de vue international, le groupe vaudois est revenu mercredi sur son offensive en Chine. Sa nouvelle approche entamée depuis un an semble avoir porté ses fruits, sauf en termes de marges, jugées trop faibles. «Nous allons continuer à nous développer et à investir sur le marché chinois», assure Bobst.

Pour l’exercice 2018, la nouvelle stratégie chinoise du groupe, ainsi que la numérisation de ses processus opérationnels et la transformation de l’une de ses importantes unités (baptisée Web-fed) ont toutefois fortement impacté les résultats. L’excédent d’exploitation a effectivement reculé de 27% pour atteindre 87 millions de francs. Quant au chiffre d’affaires, il a connu une croissance de 6,9% à 1,64 milliard.

Confiance en l’avenir

Certes déçu par la rentabilité de son groupe en 2018, Jean-Pascal Bobst s’est dit satisfait de la stratégie élaborée ces dernières années. Sans crise surprise majeure, ce dernier se dit confiant pour la suite. «L’industrie de l’emballage et de l’étiquetage conserve de bonnes perspectives. Elles soutiendront la croissance de Bobst dans les années à venir», écrit le patron dans sa lettre aux actionnaires. D’ici à 2020, les estimations les plus récentes parlent effectivement d’un marché de l’emballage proche des mille milliards de dollars (contre 828 milliards à la fin de 2016). À moyen terme, Bobst a augmenté sa prévision de chiffre d’affaires de 1,6 à 1,7 - 1,8 milliard de francs.

Du côté des analystes financiers, l’enthousiasme est moins grand. «Pour autant que toutes les divisions obtiennent de bons résultats, nous pensons que le groupe a une bonne marge de manœuvre pour atteindre ses objectifs», estime Martin Lutes. L’analyste de Vontobel reste toutefois prudent en précisant que la feuille de route pourrait «être plus longue et plus cahoteuse que prévu».

24 Heures

 



Copyright © 2001 - 2019 Inter Group News All Rights Reserved