Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Nanoleq rend les câbles incassables
 
Le 27-08-2018

Deux fois par semaine Bilan vous propose le portrait d’une start-up suisse pour investir issues de sa sélection 2018. Aujourd’hui, Nanoleq et son électronique élastique qui rend les câbles d’écouteurs comme de robots 100 fois plus résistants à l’usure.

Pour la sixième année consécutive Bilan a dévoilé sa sélection de 50 start-up suisses pour investir ou s’inspirer. Avec 141 start-up présélectionnées par la rédaction de Bilan et nos partenaires ( BioAlps, CleantechAlps, AlpICT, la FONGIT et CIMARK, InnoSuisse, InnoVaud, MassChallenge, Neode, Kickstart Accelerator ainsi que Startupticker), le cru 2018 aboutit à un renouvellement à 98% des jeunes pousses choisies par le jury (voir sa composition ci-dessous). Place donc à la découverte et à la qualité.

Nanoleq

Montant recherché: 1,2 millions de francs

Qui n’a jamais pesté contre la rupture de son cable d’alimentation de batteries ou d’écouteurs audio? Et la rupture des câbles à force de mouvement est un casse-tête non seulement pour l’électronique grand public mais aussi pour la robotique et dans des cas plus critiques encore pour les technologies médicales et le spatial.

Dans la foulée de recherches sur l’électronique “élastique” entre les deux polys de Lausanne et Zürich, les fondateurs de Nanoleq ont développé un matériau et une architecture qui rend les câbles quasi incassables ou en tout cas 100 fois plus résistants comme démontré lors d’un essai pilote.

Gagnant du prix de la Fondation de Vigier (voir la vidéo ici) et second de la Venture business plan competition, Nanoleq a commencé à travailler pour des marques de l’industrie audio haut de gamme et des technologies médicales.

Contact: Vincent Martinez, martinez@nanoleq.com

Aude Pugin recommande cette start-up

Le jury des 50 start-up

Composé de Patrick Aebischer (Président émérite de l’EPFL) et de Jurgi Camblong (CEO de Sophia Genetics) pour la catégorie sciences de la vie, de Raphaël Domjan (Fondateur de Solarstratos) et de François Randin (CEO de GreenMotion)pour les cleantechs , d’Olivier Brourhant (CEO d’Amaris) et de Laurent Sciboz (Directeur de l’Institut Icare) pour l’informatique B2B , d’Abir Oreibi (présidente de Lift) et de Jari Ovaskainen (fondateur de Preon Capital) pour le web et le mobile, de Veronica Lange (CTO Global, UBS) et de Sean Park (fondateur d’Anthemis Group) pour les fintechs, d’Aude Pugin (CEO d’APCO Tech) et de Jean-Christophe Zufferey (fondateur de SenseFly) pour l’ingénierie, notre jury dévoile aussi ses coups de cœur.

PAR FABRICE DELAYE
BILAN

 



Copyright © 2001 - 2018 Inter Group News All Rights Reserved