Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Le CAAJ ? Un maillon essentiel pour former la relève dans l’Arc jurassien
 
Le 31-08-2018
de CAAJ

Cela fait 10 ans que le Centre d’Apprentissage de l’Arc jurassien est au service de l’économie de la région.

Avec une centaine d’apprentis en formation sur deux sites, le CAAJ est un acteur incontournable de la formation professionnelle, notamment dans le canton de Neuchâtel. Retour sur ces 10 années lors d’une journée officielle en présence de Madame la conseillère d’Etat Monika Maire-Hefti.

Si le pays est toujours bien placé en terme d’innovation, la problématique de la relève dans les métiers techniques est très largement d’actualité. Raymond Stauffer, président du CAAJ et de FAJI, FAJI qui est responsable de la mise en place du projet #bepog de valorisation des métiers techniques dans l’Arc jurassien explique : « L’image des métiers techniques n’a malheureusement pas évolué au même rythme que la technique et beaucoup pensent encore que ce sont des métiers du passé. C’est tout le contraire, un CFC dans les métiers techniques est un sésame parfait pour le monde du travail ».

Un savoir-faire technique unique

La force de notre région réside pour une bonne part dans le niveau de compétences et d’expertise atteint par les acteurs du monde de la microtechnique et de l’horlogerie. Ces compétences sont reconnues loin à la ronde et permettent à toute notre région de se démarquer. Mais le danger guette ! Bien que le système de formation dual suisse soit envié et copié un peu partout sur la planète, la relève dans les métiers technique est insuffisante.

Des métiers d’avenir pour les filles et les garçons

Le CAAJ assure les formations de praticien/ne en mécanique (AFP), mécanicien/ne de production (CFC), décolleteur/re (CFC), polymécanicien/ne (CFC), micromécanicien/ne (CFC) et dessinateur/trice-constructeur/trice (CFC). Ces métiers de base sont enseignés par des professionnels de la formation, mais également de l’industrie. Ainsi ils sont directement au contact des réalités du terrain. La force de ces formations réside également dans le fait qu’une fois le CFC en poche, toutes les portes sont ouvertes aux jeunes gens.

L’apprentissage en dual ? Plus besoin de faire ses preuves !

Raymond Stauffer précise : « Une étude réalisée par le Canton de Neuchâtel en 2015 le démontre clairement, la voie de l’apprentissage dual augmente les chances de réussite sociale et professionnelle des jeunes ». Dans ce rapport, on découvre notamment que pour trouver un premier emploi, il faut deux fois plus de temps avec un CFC acquis en école à plein temps et que 85% des personnes ayant achevé une formation en dual s’en déclarent satisfaites, contre 73,8% parmi celles ayant achevé une formation à plein temps.

Le meilleur moyen de se faire une idée ? Un stage !

Raymond Stauffer conclut : « Je tiens à remercier les responsables du CAAJ, les formateurs, les entreprises partenaires et bien entendu tous les apprentis qui nous ont accompagnés depuis 10 ans. Grace à eux notre région est restée compétitive ». Il ajoute : « Nous cherchons des apprentis pour la rentrée 2019. Pour que les jeunes puissent se faire une idée de ce que sont les métiers de la mécanique et la formation dual donnée au CAAJ, je les invite à s’inscrire à un stage de découverte à la Chaux de fonds où à Moutier. Ils peuvent s’inscrire directement en ligne par le site #bepog rubrique stage ».

 



Copyright © 2001 - 2018 Inter Group News All Rights Reserved